2011 est mort ! Vive 2012 !

Par Pierre Le Vaillant•

Image de l'article 2011 est mort ! Vive 2012 !Image de l'article 2011 est mort ! Vive 2012 !

Comme souvent à pareil époque, entre noël et le jour de l’an, comme entre le fromage et le dessert, c’est l’heure du bilan ! Alors on prend un ton solennel, on sort ses papiers, son discours long comme une liste de courses avant les fêtes, bref, on s’apprête avec délice à ennuyer les autres… Une fois n’est pas coutume on passera vite–fait là dessus, parce que 2012 qui s’annonce est encore plus excitant que 2011 qui s’achève.

Alors bien sûr, il y a eu ce maintien accroché avec tout juste un peu d’avance lors du déplacement à Guingamp en fin de saison dernière. Bien sûr, il y a eu ce bon recrutement, une fois encore plein de malice, de la part des dirigeants lochristois durant l’été. Bien sûr, il y a eu et il y a toujours ces dosages intelligents du coach Ludena pour intégrer au mieux les nouveaux venus et ne fatiguer personne. Bien sûr, il y a eu aussi ce trente–deuxième de finale de coupe de France au Mané–Braz, face à Drancy, perdu uniquement à l’issue d’une cruelle séance de tirs au but. Bien sûr il y a tout ça…

Mais surtout, il y a encore un trente–deuxième de finale de coupe de France. Encore ! Encore ! Encore ! Pour la seconde fois consécutive et pour la neuvième fois de son histoire, l’US Montagnarde va disputer un trente–deuxième de finale de coupe de France… Ce sera à Compiègne (CFA) le samedi 7 janvier 2012. Pas une mince affaire, mais dans la cours de dame coupe rien n’est impossible, absolument rien. A force de travail, de conviction, de persuasion, de motivation, d’envie on peut réussir l’inimaginable.

Alors le bilan de l’année 2011 est effectivement bon, mais l’avenir de 2012 est tellement beau, tellement palpitant et tellement excitant que l’on serait tenter de bâcler. Zinédine Zidane l’avait dit en son temps : « On a fait quelque chose de bien, on peut faire quelque chose de très bien ». 2011 était bien, on peut faire de 2012 quelque chose de très bien !

G.M.