Bravo les bleus !

Par Pierre Le Vaillant‱

Image de l'article Bravo les bleus !600 kilomĂštres de route, plus de 6 heures de bus et pourtant deux heures d’encouragement, deux heures pleines, sans relachement. Mais Ă  la fin l’abattement, le dĂ©pit. MalgrĂ© tout ces montagnards lĂ  sont formidables…

Les joueurs tout d’abord, qui rentrent dans l’histoire de ce club en Ă©tant la deuxiĂšme formation Ă  atteindre consĂ©cutivement les trente–deuziĂšmes de finale de coupe de France. Les dirigeants ensuite, pour avoir mit dans les meilleures conditions l’effectif et son staff. Et enfin ces magnifiques supporteurs, que ni le temps, ni le froid, ni la distance n’effrayent. Ces afficionados qui mĂ©ritent le respect et ont encore obtenu les louanges de l’adversaire dans l’Oise aprĂšs avoir Ă©patĂ© les mayennais Ă  ChangĂ©. L’US Montagnarde c’est toute cette famille qui a avancĂ© dans la compĂ©tition et qui avancera encore, longtemps. Pour tout cela, pour ce parcours formidable, rempli de suspens, palpitant, stressant mĂȘme Ă  certains instants, pour avoir su rĂ©Ă©diter la performance de l’an passĂ©, pour toutes ces Ă©motions : un seul mot, un grand MERCI !

Aucun Ă©crivain, aucun scĂ©nariste n’aurait pu Ă©crire une histoire aussi rebondissante, pleine d’incertitude. Deux qualifications aux prolongations, deux autres aux pĂ©naltys. Ca aurait certainement semblĂ© trop pour un rĂ©dacteur. Pourtant les forgerons l’ont fait. Seul le football peut rĂ©server de tel rĂ©cit. Un conte de fĂ©e qui malheureusement se retourne Ă  la fin, oĂč l’histoire s’inverse terriblement. Mais offre une belle perspective : celle de devenir la seule Ă©quipe lochristoise Ă  atteindre trois fois consĂ©cutivement les trente–deuxiĂšmes de finale ? Ou encore celle de finir par passer ce cap sur lequel elle a buttĂ© une seconde fois : Ă©liminer une Ă©quipe hiĂ©rarchiquement supĂ©rieure ?

Avec cette famille unique qu’elle forme, si belle, la maison montagnarde devrait y arriver. Car si la fin de l’histoire est tragique pour les lochristois, elle est belle dans son ensemble. Le sort n’a pas Ă©tĂ© du cĂŽtĂ© forgeron tout au long de ce parcours, mais dirigeants, joueurs et supporteurs ont su le conjurer avec audace, persĂ©vĂ©rance et tenacitĂ©. Et c’est pour ça qu’on aime l’USM ! Il y a peu de regret Ă  avoir. La famille montagnarde dans son ensemble a tout fait, absolument tout fait pour que la qualification soit possible. Alors encore une fois, Ă  tous, un grand bravo et merci !

G.M